Un jour, un auteur… Haruki Murakami

C’est décidé ! Haruki Murakami n’est pas fait pour moi !

Après une lecture mitigée avec Kafka sur le rivage et une autre très peu enthousiaste de La ballade de l’impossible, mon esprit cartésien ne peut en supporter davantage. Je ne sais pas si cette écriture onirique et métaphysique est propre au style Asiatique, les spécialistes me le diront, mais je n’arrive pas à accrocher ni même à m’intéresser aux romans de Murakami. Encore que Kafka sur le rivage avait quelques passages savoureux et des conversations entre le bibliothécaire et le jeune héros très intéressantes. Mais c’est, arrivée au milieu de ma lecture de La ballade de l’impossible, que je me suis arrêtée quelques minutes pour me demander si je devais vraiment continuer ma lecture.

Les personnages de ses deux romans me dérangent. Ils sont souvent condescendants avec leurs semblables, se sont de faux modestes se disant « complètement ordinaire » alors qu’il est clair que leur façon de vivre, leur façon de penser, leurs relations avec autrui est justement très peu ordinaire. En disant cela, je pense à Watanabe le narrateur de La ballade de l’impossible, ou encore à Naoko, la fille dont il s’entiche. La maturité de leur réflexion et de leur langage est tellement peu crédible dans la bouche d’adolescent de 15, 17 et 20 ans. Ils ont une façon de s’auto-analyser, de comprendre d’une telle façon le monde qui les entoure que je ne pouvais y croire plus d’une seconde.

Kafka sur le rivage m’avait complètement submergé d’un surnaturel asiatique fait de fantôme, de rêves entre réalité et irréalité, j’avais l’impression d’avoir manqué une clé me permettant de comprendre et de déchiffrer ce dont il était question. On peut être touché par la poésie qui se dégage de certaines descriptions, même si parfois je me suis surprise à penser que c’était assez artificiel.

Pour ce qui est de La ballade de l’impossible, je n’ai pas trouvé le véritable intérêt de l’histoire. Les personnages m’ont agacée, comme je l’ai expliqué plus haut. J’ai eu l’impression que l’histoire ne tenait pas debout, que l’auteur ne savait pas trop où il allait. Résultat, on se lasse des ballades romantiques, des réflexions sur notre société, de la psychanalyse de comptoirs. Et pourtant, dès que Murakami parle de livres et de littérature, je suis emballée, mais ces moments sont bien trop courts.

J’aimerais vraiment comprendre ce qui intéresse les personnes en lisant du Murakami. C’est un véritable soucis de comprendre cette littérature, je ne veux juger personne. Qu’est ce qui vous plaît tant chez lui ? Est-ce que la littérature asiatique est tout aussi onirique que celle de Murakami ou j’ai juste parié sur le mauvais cheval ?

 

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans Papotage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Un jour, un auteur… Haruki Murakami

  1. Lelf dit :

    Je n’ai pas lu les titres que tu mentionnes. J’ai eu un peu de mal à lire La fin des temps, mais j’ai par contre été transportée par les Chroniques de l’oiseau à ressort. Ce fut une de mes lectures les plus puissantes et intimes. Le côté contemplatif, analytique et un peu froid de ce style ne me gêne pas, je trouve de l’intensité tout de même, une force assez impressionnante pour la distance qu’il semble y avoir au départ. Le côté onirique ne me gêne pas non plus, je laisse l’auteur aller où il veut, je me laisse mener, je ne cherche pas absolument à comprendre, à replacer dans un cadre. Et puis je vois à la fin si ça se justifiait ou non. Ce n’est pas une approche dont j’ai l’habitude mais ça ne m’a pas spécialement dérangée ^^
    J’ai hâte de poursuivre ma découverte de cet auteur personnellement en tout cas. 🙂

  2. Ingannmic dit :

    Personnellement, j’aime beaucoup cet auteur, en raison, justement, des ambiances oniriques. Lire l’un de ses romans, c’est comme entrer dans un rêve : on a l’impression d’évoluer dans le monde réel, et puis survient un événement surnaturel ou juste une légère anomalie qui nous détrompent, mais de façon très subtile ; on n’est jamais vraiment ni dans le fantastique ni dans le prosaïsme de la réalité. Disons plutôt que l’on flotte entre les deux… De plus, comme dans les songes, même les dangers ne semblent pas réellement crédibles ou fatals. Les personnages les subissent avec une certaine philosophie et une inquiétude toujours très mesurée.
    Mes préférés sont « Kafka » et « Les chroniques de l’oiseau à ressort ». J’avais bien aimé aussi « La fin des temps », et un peu moins « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil » ou « Après le tremblement » (qui sont des nouvelles).
    Ceci dit, je peux comprendre que l’on n’adhère pas à ce genre de roman, dont le ton peut sembler parfois d’une ingénuité agaçante. Je crois que si tu n’as pas vraiment aimé « Kafka », ce n’est pas la peine d’insister.

    • C’est ce que je me suis dit après ma lecture de « Kafka ». Mais comme je suis plutôt quelqu’un de bonne foi, j’ai voulu en lire un autre pour vraiment être sur de mes sentiments. Ça a loupé !
      Merci Ingannmic de m’avoir fait part de tes impressions sur Murakami.

  3. zarline dit :

    J’ai lu ton billet avec attention car Murakami est un auteur que j’hésite à lire depuis longtemps. Je crains toujours ce côté trop onirique et contemplatif de la littérature asiatique et je n’ai encore jamais réussi à faire le pas malgré les très bons échos (surtout pour les poids lourds, Murkami et Shimazaki). Ton billet n’est d’ailleurs pas très encourageant, je sens que Murakami m’attendra encore un petit peu 😉

    • C’est vrai que ce que j’en dis n’encourage pas vraiment à la lecture. Mais la meilleure façon de s’en faire une idée c’est de lire les romans de Murakami. S’il faut commencer quelque part, prends « Kafka sur le rivage ». Il fait généralement l’unanimité. Comme toi, au début, je n’étais pas emballée à l’idée de lire de la littérature asiatique, mais même si je n’adhère pas au style de Murakami, je ne regrette pas avoir lu « Kafka ». Comme je l’ai dit dans mon billet, certains passages sont vraiment savoureux.
      En tout cas, merci zarline d’être venue donné ton avis et ton impression sur Murakami, et j’espère ne pas t’avoir trop refroidie sur ses livres. 🙂

  4. Niënor dit :

    Haruki Murakami est l’un de mes auteurs favoris. Comme quoi, les goûts et les couleurs… Personnellement, j’avais adoré le côté surnaturel et fantastique dans Kafka sur le rivage (sans doute mon préféré de cet auteur) ainsi que son écriture légère et subtile, « onirique » comme tu le dis si bien. J’avais aussi beaucoup aimé Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil et plusieurs de ses romans attendent encore dans ma PAL. 🙂

  5. Shanaa dit :

    Je n’ai pas encore lu de Murakami. Mais ton avis est vraiment très intéressant CPM 🙂

  6. Shanaa dit :

    Charmant petit monstre.

    Sinon Kafka c’est bien 🙂

  7. petitepom dit :

    j’ai bien aimé « kafka sur le rivage » et en ce moment je me régale avec des nouvelles dans  » saules aveugles, femme sauvage »

  8. Marilynka dit :

    Moi j’ai beaucoup aimé ce livre, la poésie et la complexité des personnages m’a séduite. C’est vraiment très onirique, bien que parfois je l’avoue il y avait des descriptions et des passages assez lourd à lire.
    Dans les mots d’un critique littéraire je crois que cette citation explique le mieu ce que je ressens aussi:
    « Assez habilement, ‘Kafka’, le héros, commente ainsi sa lecture du ‘Mineur’, roman ‘social’ de Sôseki : ‘J’ ai refermé ce livre avec un sentiment bizarre, je me demandais ce que l’auteur avait voulu dire exactement. Mais c’est justement ce ‘je ne sais pas ce que l’auteur a voulu dire exactement’ qui m’a laissé la plus forte impression.’ Nul doute que Murakami attend cette réaction de ses jeunes lecteurs.  »
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que tout est une question de première impression, soit on accroche du premier coup, soit on accroche pas. Mais merci pour ta critique j’avais depuis longtemps envie de lire une critique sur ce livre^^

  9. vigouroux dit :

    Je suis entrée par hasard dans l’univers de Murakami san, et je pense avoir trouvé là quelque chose entre poésie et réalisme froid. Pour le suivre il faut accepter d’aller dans un monde où les représentations du monde ne servent pas à grand chose, et alors, on peut regarder cette littérature comme une toile: ça se voit plus que ça se parle….après, on ne peut pas aimer tous les tableaux!

  10. plumemagique dit :

    Personnellement Murakami est un de mes auteurs préférés. Je l’ai découvert en lisant « Au sud de la frontière,à l’ouest du soleil » qui est le seul de ses livres que j’ai lu qui n’est pas un rapport proche avec l’onirisme. Après j’ai lu d’autres de ses livres, si bien que j’ai maintenant les 3/4 de ses livres traduits en français dans ma bibliothèque.
    Je suis tout à fait d’accord pour dire que Murakami c’est soit on aime soit on déteste, si on hésite on peut toujours retenter sa chance mais je ne suis pas sur que ça face pencher la balance du bon côté 😉
    Ce que j’aime dans ses livres? et bien c’est justement ce côté onirique, hors du temps et de l’espace. D’autant plus que chaque livre de Murakami est une découverte car il réutilise l’onirisme de différentes manières. Et puis il y a aussi cette impression qu’au fond tout est lié.
    Il y a juste un petit truc qui me dérange c’est que la traduction française est parfois un peu bizarre pour certaines expressions, mais c’est vraiment un détail 🙂

    • Merci plumemagique pour ton précieux avis. Ironie du sort, on m’a offert à mon anniversaire les deux tomes de 1Q84. Je me dois donc de les lire naturellement. Je pourrais ainsi me fixer définitivement si oui ou non je dois persévérer dans l’oeuvre de Murakami.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s