Le roman de la Cité Interdite, Tome 1 Le Mandat du ciel, Jirô ASADA

An 12 de l’ère Kouang-siu, sous la dynastie des Ts’ing. Hiver 1886 selon le calendrier occidental…

« Li Tchouen-yun, fils d’un pauvre veuve du village de Liang-kia-t’ouen ! Petit Li, malheureux enfant qui subsiste en ramassant le crottin  de cheval gelé sur les routes ! Rien ne t’oblige à m’écouter. Mais si tu veux savoir, ouvre grand tes oreilles rongés de dermatose ! Et tant pis si tu n’entends pas bien ma voix chevrotante de vieille femme malade. Je te dirai ton destin tel qu’il se déroulera, car tu n’as d’autre choix que de t’y conformer. » 

Roman du japonais Jirô Asada, Le roman de la Cité Interdite narre en deux tomes le destin extraordinaire de deux hommes, l’un jeune garçon pauvre et l’autre fils ivrogne, en apparence tout du moins, d’un riche notable, originaire tous deux de la même province. Constitué de quatre parties, le premier volet du Roman de la Cité Interdite nous plonge au crépuscule de la dernière dynastie de la Chine Impériale à la fin du XIXe siècle. Si la première partie se consacre à la présentation des deux personnages clé, Tchouen-yun et  Wen-sieou, ainsi qu’à la prédiction que leur a fait la vieille chaman Pai Taitai, le reste du roman se révèle être la narration d’un empire fastueux, empêtré dans des traditions archaïques et régis par des croyances sacrées et millénaires où les souverains sont considérés aussi bien par le peuple que par les notables comme de véritables divinités.

On trouve ainsi un univers assez peu connu (en tout cas pour ma part) et j’avoue avoir été un peu perdue au début, ayant eu du mal à prendre mes marques face aux différentes dynasties qui sont évoquées tout au long du récit. Heureusement, une courte généalogie au début et certains repères historiques européens sont là pour nous donner une idée de la situation mondiale. En effet, l’auteur insère dans son récit le problème occidental : les pays européens aimeraient s’emparer de cette Chine Impériale très réfractaire aux nouvelles technologies du  XIXe siècle et essayent de l’amadouer. On est pas loin de l’industrialisation, et l’empire est très en retard par rapport aux autres puissances mondiales de cette fin de siècle, donc très vulnérable.

Mais revenons à nos deux protagonistes. Comme l’ayant dit plus haut, la première partie pose les bases du roman et dessine le caractère et le destin grandiose qui attend les deux garçons. On pourrait se dire que connaissant leur avenir, on saurait ce qu’il leur arriverait et l’intérêt tomberait vite. Or, justement, l’auteur nous concocte des surprises au fil de ce premier tome et semble nous faire comprendre que rien n’est encore fait ou dit. Après cette première partie un peu lente, le reste du roman nous emmène avec délices au coeur du palais impérial, des légendes et des récits ancrés dans la culture populaire et surtout la quête d’une certaine Perle de Dragon qui serait à l’origine de la grandeur et de la chute du royaume.

On fait connaissance avec un grand nombre de personnages dont le plus marquant est le Vieux Bouddha, en réalité l’impératrice douairière de l’empire qui détient les rênes du pouvoir et considérée non pas comme une femme, mais comme un dieu vivant au-dessus de tout être, même de l’empereur. Personnage très complexe et ambigu, on sent qu’elle tient un rôle particulier dans l’histoire et que son destin et celui du jeune paysan, Tchouen-yun sont liés.

Mêlant complots politiques, ascensions sociales fulgurantes, destins extraordinaires et légendes avec un style très asiatique où la limite entre rêve et réalité n’est pas toujours discernable, Jirô Asada nous peint la fresque d’une Chine grandiose sur le déclin, de la dernière dynastie impériale (1644-1912) qui comme le gouvernement de Louis XVI est au bord du gouffre et proche de sa fin. Magique !

2/26 Challenge ABC

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans Critiques, Littérature japonaise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le roman de la Cité Interdite, Tome 1 Le Mandat du ciel, Jirô ASADA

  1. Hélène dit :

    Le tome 1 m’avait bien plu mais je crois que je m’étais lassé de cette histoire dans le tome 2… je l’ai lu il y a longtemps !

  2. Luna dit :

    Ouh, je crois que cette série pourrait me plaire ! Je la note 🙂

  3. mathylde dit :

    Je note ce titre ! 🙂

  4. Luna et mathylde vous faites bien ! 😀

  5. Nico dit :

    J’avais beaucoup apprécié ce premier volume (notamment l’inoubliable scène des examens). le deuxième tome était également de qualité, mais malheureusement plus longuet. En condensant les deux volumes, il y avait je pense moyen de faire un pur chef-d’oeuvre, mais cela reste tout de même une très agréable lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s