Little Bird – Craig Johnson

Premier volet des aventures du shérif Walt Longmire, Little Bird est un polar assez classique avec un shérif bedonnant très attachant, une secrétaire maternelle, un meilleur ami mystérieux et une ancienne amoureuse follement aguichante.

Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d’Absaroka, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux ans auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune Indienne, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à venger la jeune fille. Alors que se prépare un violent blizzard, Walt devra parcourir les bastes étendues du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins. 

Bien que les lieux (les superbes paysages du Wyoming) donnent du cachet à l’histoire, ce roman policier est assez fade et n’arrive pas à faire décoller la sauce. D’ailleurs, pour les habitués des séries policères (en livre comme en série) très « expert », oubliez Little Bird ! C’est assez drôle de faire la comparaison entre la façon dont l’enquête d’une petite bourgade est menée par un shérif et celles menées par les grandes villes avec une armada d’experts, de technologies et de moyens financiers. Ici, c’est un peu long, on fait marcher sa matière grise plutôt que ses machines ultra-perfectionnées. Une analyse d’ADN prend quelques jours dans le comté d’Absaroka (c’est long), alors que nos experts à Las Vegas auraient plié l’affaire en 24h un doigt dans le nez, l’autre sur leur ordinateur.

Bref.

Ainsi, ce cachet très naturel et simple qui donne à l’oeuvre un aperçu rafraîchissant de ce que doit être le déroulement d’une enquête dans la « vraie vie » est l’atout de Little Bird et celui qui m’a poussé à finir le livre jusqu’au bout. Car le tout manque un peu de profondeur tant par la conclusion de l’enquête, le développement des personnages secondaires cantonnés à un ou deux axes descriptifs que par le conflit entre Indiens et Blancs.

J’ajouterai également le peu de fluidité de l’écriture. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à lire ce livre dans le sens où je m’arrêtais constamment pour comprendre qui parlait ou pour reprendre certaines phrases etc. Ce manque de fluidité générale de l’oeuvre est un autre point négatif assez désagréable.

Au final, ma lecture fut assez mitigée, je n’ai pas détesté comme je n’ai pas adoré. Je ne pense pas me mettre aux autres volets du shérif Longmire même si sa personnalité caustique et son air « gros nounours » (décrit comme tel) m’ont bien plu.

Challenge ABC n°4

4/26

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans Critiques, Policier/Thriller. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Little Bird – Craig Johnson

  1. Nico dit :

    Idem pour moi. J’avais lu beaucoup de critiques positives sur ce roman, mais j’avais été déçu: comme toi, je n’ai ni accroché au style, ni (plus encore) à l’histoire, ennuyeuse à souhait. J’ai fini par l’abandonner.

  2. On va finir par être grand copain toi et moi ! ^^

  3. Transbeauce dit :

    Autant pour moi. Je l’ai fini il y a peu et j’avoue avoir été déçue du bouquin. J’avais pourtant bien fantasmé dessus, suite au visionnage d’une émission sur les écrivains américains et j’avais bien aimé le portrait de l’auteur. Je lis beaucoup de polars, y compris tous les Mankel et autres nordiques et je pensais trouver son pendant américain : ça partait pourtant bien avec cette affaire ancienne et mal réglée qui refaisait surface. J’ai bien aimé quand même l’humour détaché du shérif, son amitié avec l’indien, mais je me suis un peu perdue dans les personnages et les longueurs de l’histoire. Comme toi, le style ne m’a pas convaincue et j’ai du aussi parfois rebrousser chemin, y compris au dénouement, surprenant mais vite torché, où j’ai cherché en vain les indices que j’avais manqués. Bref, comme toi, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, ni que j’ai aimé, et ça, ça m’embête.

    • C’est toujours embêtant de ne pas savoir quoi penser d’un livre. A la rigueur on préférerait le détester, mais c’est comme ça. C’est assez frustrant d’ailleurs ! D’après ce que j’ai pu lire sur la blogosphère, il y a beaucoup de critiques peu positives mais complètement négatives non plus. Peut-être est-ce un premier roman encore maladroit, un style qui peut s’affiner avec les autres tomes ? Personnellement, ça sera malheureusement sans moi. Merci d’être passé ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s