Une trop bruyante solitude – Bohumil Hrabal

Bohumil Hrabal fait partie de ces auteurs avec Milan Kundera les plus importants de la Tchécoslovaquie. Tous deux ont connus l’oppression et la censure de leur travail qui ont grandement influencé leur écriture et leurs textes.

Une trop bruyante solitude, paru en 1976, connaît le succès avec notamment l’adaptation cinématographique de Véra Caïs, en 1996, dont le rôle principal est tenu pas Philippe Noiret.

Hanta travaille dans une cave à Prague. Chaque jour, depuis 35 ans, il presse du papier. Il n’est cependant pas très efficace car il ne peut s’empêcher de s’intéresser aux ouvrages qu’il détruit. Il met notamment beaucoup de soin à « faire un nid » au milieu des ballots de papier pressé pour ce qu’il considère comme des chefs d’œuvre. Malheureusement pour lui, Hanta est rattrapé par « une ère nouvelle » où il n’a plus sa place face à la productivité.

Oeuvre très courte mais très dense, Une trop bruyant solitude met en avant les conséquences de la censure d’un régime totalitaire sur la culture et les livres en particulier. Hanta voit chaque jour sous ses yeux des oeuvres appartenant au patrimoine culturel mondial et se doit de les réduire en pâte à papier, selon les lois régies par ce régime. Comme un héros sauvant une grand-mère sur le point de se faire écraser, Hanta tente de garder pour lui quelques oeuvres, de les sauver de la destruction et de l’oubli.

La première page du roman m’a emballée. Belles phrases, une certaine poésie dans la destruction et dans l’impuissance d’Hanta face à la machine infernale du totalitarisme, Une trop bruyante solitude peut séduire rapidement. Cependant, bien que l’oeuvre ne fasse que 120 pages, j’ai très vite décroché. Impossible de rester collée aux lignes, de m’intéresser à ce que je lisais, alors que les premières pages avaient été magiques. Je suis même incapable de raconter comment se déroule l’histoire. Je ne me rappelle que du début et de la fin.

Je suis complètement passée à côté du livre et c’est dommage, car lorsque des amis l’ayant lu m’en parlaient, j’avais l’impression qu’on avait pas du tout lu le même livre.

Challenge ABC n°8

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans Critiques, Littérature tchèque. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s