La série « Holmes (1854-1891?) » – Cecil & Brunschwig

Pendant mon stage d’été en bibliothèque, j’ai eu l’occasion, et le bonheur, de palper nos nouvelles acquisitions, dont la BD Holmes de Cecil et Brunschwig.

Depuis quelques temps, la TV et le cinéma sont très friands des adaptations du détective Sherlock Holmes. Outre les films avec Robert Downey Jr. et Jude Law, si vous avez l’occasion de voir la série contemporaine intitulée sobrement « Sherlock » avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman (prochainement Bilbo le Hobbit) je vous l’a conseille vivement. Cumberbatch fait une brillante interprétation, si ce n’est la meilleure, de Holmes, et Martin Freeman est fabuleux, sans parler des personnages secondaires récurrents … bref, il faut voir !

La particularité de la BD Holmes (1854-1891?) est qu’elle commence là où Sherlock Holmes finit, autrement dit après la mort de Sherlock dans les chutes de Reichenbach. Watson dévasté par la disparition de son ami devient le personnage principal de cette série et débute une enquête lorsqu’il apprend par un intermédiaire que l’ennemi juré de Holmes, le professeur Moriarty, n’a jamais existé ou en tout cas que l’image d’homme machiavélique a été inventé de toute pièce par l’esprit dérangé de Sherlock Holmes.

Doutant de son ami et de sa propre perception de leur amitié, Watson aidé par sa femme et par un protégé de Holmes, sillonne le pays à la recherche de réponses sur le passé du détective.

Sincèrement, c’est une des meilleures BD que j’ai pu lire jusqu’à présent. Je suis rentrée dedans comme dans un film et je n’avais qu’une envie c’est de connaître la suite. Pour l’instant, il n’y a que trois livres, le quatrième sortira prochainement. Ce que je n’aime pas avec les BD, c’est devoir attendre pour connaître la suite et pour peu que la série fasse une dizaine de tomes…

Pour ce qui y est de l’illustration, c’est un plaisir des yeux. Le détail des dessins, les dégradés de gris, et de sépia pour la narration du passé sont parfaits. On peut relire rien qu’avec les yeux pour s’arrêter devant les planches. Il y a toujours un détail qui nous a échappé.

Encore une fois, une très belle expérience Bdiesque qui me pousse à m’attarder dans le domaine des Bandes-dessinées.

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans BD, Coups de Coeur, Critiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La série « Holmes (1854-1891?) » – Cecil & Brunschwig

  1. J’ai adoré la série Sherlock que j’ai visionné en un rien de temps ! Ca m’a donné envie de découvrir les livres du coup. Pour me lancer dans la BD, je vais peut-être attendre un peu 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s