Le Grand Coeur – Jean-Christophe Rufin

Chacun jugera et se fera sa propre idée. L’essentiel, mon seul désir, est que ce mausolée de mots, loin d’enfermer un héros mort, libère un homme bien vivant. J-C. Rufin, Postface. 

Sur une île grecque, un homme déchu et poursuivi par ses ennemis, entreprend d’écrire ses mémoires. Cet homme, Jacques Coeur, fût l’homme le plus riche de France dans la première moitié du XVe siècle, plus riche que le roi Charles VII, et fût le créancier de tous les plus grands seigneurs du royaume. Tour à tour marchant, négociant, Grand Argentier, conseiller du roi et seigneur, la réussite de Coeur fut aussi fulgurante que sa chute, pourchassé par la jalousie et la cupidité de Charles VII et des aigris et autres envieux de la Cour.

Rufin n’a pas souhaité faire une biographie. Ce livre est un roman parlant des ambitions  et des succès d’un homme et de la force de ses rêves sur l’accomplissement de sa vie. L’histoire de cet homme, de ce Jacques Coeur, pourrait être celle de n’importe qui, de Fouquet à Bernard Tapis. Avec une narration à la première personne, Coeur nous livre ses pensées, ses rêves, ses ambitions, les événements qui ont marqué sa vie, la création de son commerce entre l’Occident et l’Orient (innovation de l’époque), sa rencontre avec Agnès Sorel la première maîtresse royale de l’Histoire de France, jusqu’à sa disgrâce.

Le roman n’est pas à proprement parlé un roman historique, mais plutôt un véritablement roman contemporain. Etant lui-même un grand voyageur et ayant été bercé par le palais de Jacques Coeur à Bourges durant toute son enfance, Jean-Christophe Rufin se permet de donner des traits de sa personnalité à son personnage :

« Je ne sais ce qu’il penserait d’un tel portrait et sans doute me ressemble-t-il plus qu’à lui. »

D’ailleurs, sa postface est très intéressante sur la manière dont il a tenter de créer un personnage, de le faire vivre, à travers les quelques éléments historiques qu’il a pu glaner. Car même si Rufin survole la vie de Coeur et l’Histoire de cette période, le souci du détail y est présent. Grâce à cela, l’auteur réussit à recréer une ambiance, des odeurs, des couleurs et à nous faire parvenir un peu de cette époque qui a vu le Moyen-Age s’achever pour laisser éclore la Renaissance.

Avec cette écriture impeccable des Académiciens, Rufin réalise une oeuvre profonde et produit la sépulture que Jacques Coeur n’a jamais eu. Un bel hommage pour un grand homme.

Publicités

A propos Charmant-petit-monstre

Jeune passionnée de littérature et d'écriture qui aime partager sa passion avec ses semblables.
Cet article a été publié dans Coups de Coeur, Critiques, Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Grand Coeur – Jean-Christophe Rufin

  1. Lystig dit :

    je serai assez tentée, il est noté sur la liste « à trouver en biblio » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s