Des nouvelles !

Richard Avedon – Charlie Chaplin

Bonjour à toutes et à tous !

Ouh ! Que ça fait du bien de pouvoir écrire un billet ! C’est que j’ai des choses à vous dire moi ! Je commence par quoi ?

1°- C’est l’anniversaire du blog qui fête ses deux ans ! Joyeux Anniversaire !

2°- La bonne nouvelle de ce mois d’Octobre, c’est que mon binôme Nahe et moi avons pu enfin terminé le Swap Jane Austen. Ce swap, nous l’avions commencé l’année dernière. En février, un colis s’est perdu, l’autre a été renvoyé chez l’expéditeur. Manque de moyens, perte d’enthousiasme, nous avons stoppé pour reprendre quelques mois plus tard. Cette fois-ci, nous avons reçu nos colis sans encombre pour notre plus grand bonheur !

3°- J’ai réussi à lire « clandestinement » pendant ces deux mois. Sauf qu’il me faut à présent deux semaines pour terminer un livre de taille standard contrairement à une semaine voire 5 jours pour les mois précédents. -_-‘

4°- Ces lectures m’ont permis de continuer (très doucement) le challenge Pal A Zero. (3/5 livres PAZ)

5°- Un bilan lecture prochainement…

Tchüss,

Charmant-petit-monstre

 

Publié dans Critiques | 8 commentaires

Petite pause de début d’année…

Je viens de rentrer en Master pro Monde du Livre, le premier cours s’étant déroulé hier. Beaucoup de lectures universitaires à faire, beaucoup de boulot et peu de temps à consacrer aux lectures de loisir.

Je préviens que le rythme du blog va diminuer, il y aura peu de billet durant ces quelques semaines, sauf si je craque mon slip et que je me mets à lire, à lire, à lire…, du Pancol ou du Benzoni pour me détendre les nerfs.

Ne vous inquiétez pas, le blog n’est pas abandonné, loin de là, seulement en période de veille.

Tchüss !

Charmant-petit-monstre

Publié dans Critiques | 7 commentaires

Le Grand Coeur – Jean-Christophe Rufin

Chacun jugera et se fera sa propre idée. L’essentiel, mon seul désir, est que ce mausolée de mots, loin d’enfermer un héros mort, libère un homme bien vivant. J-C. Rufin, Postface. 

Sur une île grecque, un homme déchu et poursuivi par ses ennemis, entreprend d’écrire ses mémoires. Cet homme, Jacques Coeur, fût l’homme le plus riche de France dans la première moitié du XVe siècle, plus riche que le roi Charles VII, et fût le créancier de tous les plus grands seigneurs du royaume. Tour à tour marchant, négociant, Grand Argentier, conseiller du roi et seigneur, la réussite de Coeur fut aussi fulgurante que sa chute, pourchassé par la jalousie et la cupidité de Charles VII et des aigris et autres envieux de la Cour.

Rufin n’a pas souhaité faire une biographie. Ce livre est un roman parlant des ambitions  et des succès d’un homme et de la force de ses rêves sur l’accomplissement de sa vie. L’histoire de cet homme, de ce Jacques Coeur, pourrait être celle de n’importe qui, de Fouquet à Bernard Tapis. Avec une narration à la première personne, Coeur nous livre ses pensées, ses rêves, ses ambitions, les événements qui ont marqué sa vie, la création de son commerce entre l’Occident et l’Orient (innovation de l’époque), sa rencontre avec Agnès Sorel la première maîtresse royale de l’Histoire de France, jusqu’à sa disgrâce.

Le roman n’est pas à proprement parlé un roman historique, mais plutôt un véritablement roman contemporain. Etant lui-même un grand voyageur et ayant été bercé par le palais de Jacques Coeur à Bourges durant toute son enfance, Jean-Christophe Rufin se permet de donner des traits de sa personnalité à son personnage :

« Je ne sais ce qu’il penserait d’un tel portrait et sans doute me ressemble-t-il plus qu’à lui. »

D’ailleurs, sa postface est très intéressante sur la manière dont il a tenter de créer un personnage, de le faire vivre, à travers les quelques éléments historiques qu’il a pu glaner. Car même si Rufin survole la vie de Coeur et l’Histoire de cette période, le souci du détail y est présent. Grâce à cela, l’auteur réussit à recréer une ambiance, des odeurs, des couleurs et à nous faire parvenir un peu de cette époque qui a vu le Moyen-Age s’achever pour laisser éclore la Renaissance.

Avec cette écriture impeccable des Académiciens, Rufin réalise une oeuvre profonde et produit la sépulture que Jacques Coeur n’a jamais eu. Un bel hommage pour un grand homme.

Publié dans Coups de Coeur, Critiques, Littérature française | 2 commentaires

Challenge « PAL à Zéro »

Grand défi que propose une Livraddictienne Nin4 que de réduire notre Pile à Lire au minimum. 

Nous avons tous, je dit bien tous (et ne vous cachez pas derrière un poteau on vous a vu !), une PAL qui grandit à vu d’oeil. Moi je dis la faute à l’industrie de l’édition. Si on nous tentait pas avec autant de livres chaque année, on ne se sentirait pas obligé d’acheter. La rentrée littéraire est d’ailleurs toute proche, je ne vais pas tarder à séjourner dans un bunker.

Heureusement pour moi, je ne suis pas encore arriver à un stade où ma PAL est plus importante que les livres lus. Je dois tourner dans les 60 livres ce qui pour moi est déjà énorme. C’est pourquoi il est grand temps que j’arrête de dépenser, pour un moment s’entend, tout mon argent dans les livres.

Objectif : Lire tous les livres de sa PAL avant de s’autoriser de nouveaux achats.

Naturellement, on n’est pas obligé de lire TOUS ceux de la PAL. Le challenge a été conçu avec des paliers pour les plus frileux (dont je fais partie). Je pars avec le niveau 1 pour 5 livres avant le prochain achat.

  1. Les pas du tout courageux : entre 1 et 5 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  2. Les peu courageux : entre 6 et 10 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  3. Les moyennement courageux : entre 11 et 15 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  4. Les courageux de base : entre 16 et 20 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  5. Les courageux pas froid aux yeux : entre 21 et 30 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  6. Les pur et dur : entre 31 et 50 livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat
  7. Les super courageux de la mort qui tue : 51 ou plus ou bien TOUS les livres de la PAL doivent disparaître avant le prochain achat! VICTOIRE ET GLOIRE!

Le gros avantage de ce challenge c’est qu’il est reconductible. Vous voulez y aller par étape ? Vous pouvez réussir ce challenge par petits paliers, c’est moins contraignant et ça aide à vider la PAL petit à petit (marche encore mieux si on achète pas le nombre de livres lus le mois suivant). Pour plus d’infos, je vous invite à aller jeter un coup d’oeil sur le topic consacré au challenge : Challenge « PAL à Zéro ».

Je commence dès que j’aurais finis les deux livres que je viens de recevoir de ma réservation à la bibliothèque.

Publié dans Challenge | 2 commentaires

Les chaussures italiennes – Henning Mankell

Je connaissais Mankell pour ses romans policiers. J’en avais lu quelques uns dont Le retour du Professeur de danse, mais aucuns ne m’avaient vraiment plu. Il y a un an quasiment, Nanapomme m’a offert pour le Swap Read me, I’m fashion Les chaussures italiennes du Suédois et m’a donné l’occasion de (re)découvrir un auteur.

Fredrik Welin, ancien chirurgien, vit seul sur une tout petite île de la Baltique avec son chien et sa chatte. Reclus voir même exilé, il n’a d’autres passe-temps que de faire trempette dans un trou de glace tous les matins. Sans famille ni amis, il ne voit personne, vit comme un ermite et tient bien finir sa vie ainsi sans avoir à adresser la parole à quiconque, sauf peut-être à l’horripilant et hypocondriaque Jansson qui lui apporte son courrier en hydravion toutes les semaines. Mais c’est sans compter l’interruption d’Harriet, amour de jeunesse abandonnée 40 ans plus tôt, qui est venu lui faire tenir une promesse. Dès lors, Fredrik va sortir de sa réclusion et voir sa vie recommencer.

Mankell dépeint un étrange roman où gravite des personnages marginaux en quête de chaleur humaine. Tour à tour cynique, incisif et émouvant, Les chaussures italiennes est un hommage à la vie, et par opposition, un cri contre la soumission qu’on doit à la mort. Ce n’est pas très drôle, beaucoup de sujets abordés sont tristes et l’on retrouve des thèmes chers à Mankell dont le souci de l’immigration. Mais, malgré tout, on se laisse bercer par sa très belle écriture, chose dont je n’avais pas pris en compte lors des lectures de ses polars.

Une très bonne lecture, bonne surprise également qu’a été ces Chaussures Italiennes. Désormais, je m’intéresserai un peu plus en détail sur les romans « roman » de Mankell, en laissant de côté ses policiers.

Et puis, merci à Nanapomme pour me l’avoir offert !

11/26 Challenge ABC

 

Publié dans Critiques, Littérature suédoise | 3 commentaires